Caution bancaire

Prêt immobilier : les détails de la caution bancaire

Nous l’avons déjà mentionné dans l’un de nos articles : pour pouvoir contracter un prêt immobilier, vous devez avoir une garantie.
Cette garantie peut se présenter sous deux formes : l’hypothèque ou la caution bancaire.
Dans cet article, nous nous focaliserons sur la caution. Nous allons voir comment fonctionne-t-elle et surtout quel est son coût.
En effet, le fait de contracter une caution bancaire génère des frais, comme toujours lorsqu’il s’agit de services relatifs à l’immobilier. 😉

La caution bancaire : comment ça marche ?

Lors de la contraction de votre prêt immobilier, vous pouvez demander à un organisme financier spécialisé de se porter caution pour vous auprès de votre banque.
L’organisme le plus connu est « Le Crédit Logement », cependant, tout organisme de caution agréé par votre banque pourra être sollicité. C’est votre banque qui se charge de faire toutes les démarches auprès de l’établissement. C’est elle aussi qui recevra l’accord ou le refus. Votre dossier va être scrupuleusement étudié et s’il correspond aux critères attendu, sera accepté. En cas de réponse négative, vous serez obligé de contracter une hypothèque.

En cas de défaut de paiement de votre part, c’est l’organisme de caution qui paiera votre crédit à votre place. Il se retournera ensuite contre vous pour se faire rembourser. Un échéancier pourra être mise en place. A défaut, le bien sera saisi puis vendu.

Les frais lies Caution BancaireLe coût de la caution bancaire en détails

Voici le détail des frais que vous devrez verser à l’organisme de caution :

  • Commission de caution : pourcentage du montant du prêt ou montant forfaitaire.
  • Contribution versée au Fonds mutuel.

Ces deux types de frais additionnés représentent environ 1,2% du montant de votre prêt.
De plus, si vous avez moins de 37 ans, l’organisme « Crédit Logement » vous permet de bénéficier d’un barème plus avantageux.
Il y a aussi un avantage à ne pas oublier lorsque vous contractez une caution bancaire : une partie de la somme versée vous sera rendue à la fin de votre prêt.
En effet, environ 70 à 75% de la contribution versée au Fonds mutuel vous sera restituée.

Pour finir, contrairement à l’hypothèque, vous n’avez pas de frais de notaire à payer pour la mettre en place. Vous pouvez aussi rembourser votre prêt par anticipation sans débourser la moindre somme de frais de mainlevée.

Exemple pour l’achat d’un appartement à 200 000€

  • Coût initial : 2 350€
  • Montant restitué à la fin : 1 298€
  • Coût final : 1 052€

-----

Exemple avec application du barème préférentiel pour les moins de 37 ans, proposé par le Crédit Logement :

  • Coût initial : 1 950 €
  • Montant restitué à la fin : 698€
  • Coût final : 1 252€

Avec l’application du barème pour les moins de 37 ans, nous pouvons constater que le coût initial est plus faible, mais que le coût final est plus élevé, la restitution étant moins importante.

Encore une fois, et je ne vous le dirais jamais assez, il est important d’être conscient des coûts supplémentaires que vous aurez à engager lors de votre achat immobilier.

Je conclus cet article par une citation que j’aime beaucoup et qui image bien la situation de l’achat immobilier :


Prévoir consiste à projeter dans l’avenir ce qu’on a perçu dans le passé



- Henri Bergson

Appliquez la pensée de ce philosophe à vos projets : bâtissez-vous un solide et fiable passé afin de vous constituer un bel avenir.

A très bientôt pour un nouvel article sur GDLC,

Céline
Rédactrice de GagnerDeLaCaillasse.com

Leave A Response

* Denotes Required Field